1/4 L’apnée ou l’infini

Le sentiment océanique – La série documentaire – France Culture

Où l’on parle de froid, de vasoconstriction, de volume pulmonaire, d’eau qui libère, de détachement de soi et de la recherche d’une dissolution absolue, d’abandon total et de sécurité, d’atteindre des distances et des profondeurs vertigineuses, de l’attrait pour le grand vide. Et d’un fameux film tout bleu que l’on traverse encore et encore, comme nous le raconte Yves Vaillancourt  « Ce qui me frappe dans l’expérience des apnéistes, c’est l’abandon et le détachement. Jean-Marc Barr évoque même l’insignifiance de nos vies ».

Ou bien de toute autre chose, de bien plus archaïque, de l’attirance pour un bleu sans fin, du mythe du sauvetage des eaux…. D’une attirance pour l’illimité que décrit Yves Vaillancourt “Les poumons sont gonflés au max, c’est vrai. Mais l’ego, lui, ne l’est pas. Il s’agit plutôt d’une réduction, voire d’une disparition. Subsister avec une seule respiration, puis faire corps avec l’eau, sentir se dissoudre la frontière physique”.

Avec :